les gentes Jeannes, vous, petits yeux éphémères sur mes mots compères, il faut quand même que je vous redise de pas vous inquiéter, pas trop.
Les mots que je dépose ici sont les compagnons tombés de mes poches, ils se sont fait la malle. Méfiez-vous, ils sont taquins ! Et terriblement autonomes. Une couleur, une image, une musique, une parole, des regards croisés, des confidences sur de singuliers oreillers... et ils s'emballent. Ils me racontent tout et n'importe quoi. Souvent tout dans n'importe quoi. Et docile, je les délie ici.

Ce sont des instantanés, mais pas forcément mes instants.
Bien sûr, je suis pétrie de cette pâte-là, bien sûr, j'ai marché sur des éclats de bois, bien sûr, bien sûr... Je suis une vieille Gre, j'ai la peau tannée et la vie pleine. J'ai vécu. And I got through.

Alors ne vous inquiétez pas les Jeannes, je vais bien, je vais rudement bien. Simplement je me souviens.