Et oui, déjà 2008 - 1 semaine.

Et entre les allers pour "déposer" quelques enfants ici, les allers pour bizouiller mes frangins et leur nouvelle marmaille là, les retours rechercher les enfants déposés ici en passant par là, puis se faire faucher par la gastro mauvaise qui tournoyait au-dessus de nos têtes et de nos frêles intestins en ce début d'année, et me voilà muette et dépassée par le calendrier qui défile plus vite que mon ombre (que dis-je, que l'ombre de mon ombre...).

Bien sûr elles ont toutes dégainé des voeux qui font des envieux : difficile de faire plus drôle que Tante Betsy, plus imagée que gratouillée, plus colorée que chez Clem-la-toute-gaie, plus nombreux que chez Cardamome, plus inuit que chez Fred, plus bâti qu'au 22, etc.

Que faire ? Laisser germer le temps de ces 51 semaines à venir pour ne pas planter les voeux de l'an neuf en 2009, (tentant ! le temps de relire tout le dico des citations), faire semblant de rien, semblant de s'en fiche (mais terrrrriblement malhonnête), faire profil bas (ouille, ça fait mal à l'ego ! C'est que je n'ai absolument pas pris l'option humilité à la naissance, moâ. Croyez-bien que je le regrette...)

Bon allez, pour faire court, mais sincère...

Je vous les souhaite longues et douces, bien pourvues en rires, fous-rires et sourires, peu pourvues en larmes, tristounes et autres jours à la r'tourne (mais un peu quand même, hein, pour garder le goût de tout... je suis une vraie fan du salé-sucré...), ces belles 51 semaines qui pointent l'orteil sur notre plancher !

Bises filtrées (rapport à la gastro) de Grenouille blafarde et baveuse